Le Séminaire – chapitre n°11

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Le Séminaire – chapitre n°11…Mercredi matin : le réveil est compliqué… encore couchée, je ressens déjà la migraine et mon estomac continue à jouer au yoyo… Je me demande ce que j’ai bien pu manger pour être aussi mal, et j’hésite à appeler un médecin tellement tout m’incommode (odeurs / clarté du matin au travers des fenêtres et même les spots du meuble de la salle de bain m’agressent, bref tous m’incommode aujourd’hui, sans compter ma poitrine qui me fait mal et qui semble gonflée (sans doute car j’attends ma période de règles…et dont je suis déjà en retard… bref ça ne va pas fort et je sens que la journée sera longue et difficile.)).Apres 2 cachets et un grand café, je me prépare dans le dressing de la chambre… Bien qu’ayant des rendez-vous clients, je n’ai pas envie de faire d’effort vestimentaire particulier aujourd’hui. A la radio, le bulletin météo annonce une journée estivale et 28 degrés, bien que j’aurais aimé un peu de pluie pour pouvoir mettre un pantalon.Par dépit, je choisi donc une jupe mi longue (arrivant aux genoux) et un t-shirt crème a col en « V » simple mais chic. Culotte en coton et soutien-gorge blanc standard, afin de ne pas les voir en transparence et être alaise durant la journée sans avoir trop chaud.Consultant mon agenda, je planifie ma journée et mes rendez-vous sur chantier, je constate avec plaisir que je ne serai pas au bureau durant une bonne partie de la journée et donc que j’éviterai de croiser les regards ou les remarques de Philippe ou Cédric depuis l’humiliante scène de lundi soir.Une bonne nouvelle suivant une autre, je reçois aussi un message de Sam « Bonne journée, courage, on arrive au bout. »… Cela me redonne le sourire et je commence ma journée de meilleure humeur que tous les précédents jours passés.La matinée, se déroule rapidement, mon premier rendez-vous avec un couple de retraités se passe bien, la gestion locative et le syndic d’immeuble s’accordent pour faire les travaux nécessaires pour leur logement et qu’ils ne dépensent pas trop d’argent pour la remise aux normes de leur chauffage. A 12h40, la réunion se termine et tout le monde y trouve son compte et se quitte. De mon côté, je pars à l’aveuglette en quête d’un déjeuner dans un petit resto-bar d’un village voisin ou en bord de route.Rapidement trouvé, je stationne devant une échoppe proche d’une mairie : une sorte de bar-pmu qui propose des plats du jour avec une petite cours intérieure pour les habitués et les clients. Comme à mon habitude et un peu maniaque, je choisie une table en intérieure car je ne supporte pas les fumées de cigarettes des autres clients qui nous polluent la vie durant cette période sous prétexte qu’ils sont en extérieur. L’intérieur du restaurant est frais et calme… à peine 3 tables occupées par une famille et des groupes d’ouvriers (sans doute d’un chantier des alentours). Au bar, 2 hommes (des habitués) sont assis et discutent avec le patron qui essuie des verres. Par habitude, à la l’arrivée de la serveuse, je commande une carafe d’eau et la formule du jour (tartine chorizo et crudités suivi d’un rôti de veau à la crème avec des pates + le café en guise de dessert)… une formule simple qui à l’avantage d’être copieuse et peu chère…. Idéale pour les déjeuners lorsque l’on travaille et circule dans la semaine.13h30 : Malgré la sensation de faim, je n’arrive plus à finir mon plat … sans doute la chaleur du jour, ou le stress, bref mon estomac recommence à faire des siennes.Ne voulant pas me rendre plus mal que nécessaire, j’abandonne l’idée du café et règle mon addition avant de filer aux toilettes.Le petit local mixte au fond de la salle n’affiche pas un grand luxe, mais il a l’avantage d’être propre ce qui me rassure sur les lieux… Installer sur une cuvette, je ressens des crampes, des bouffées de chaleur et des vertiges… que m’arrive-t-il ?? Suis-je malade ? Ou est-ce encore mes nerfs et mon état de fatigue depuis ces 2 dernières semaines qui me jouent des tours avant d’attaquer l’après-midi et savoir que je vais devoir affronter Philippe et mes collègues ce soir à mon retour.Immobile sur mon toilette, j’entends que quelqu’un d’autre entre dans le lieu, je n’y prête pas particulièrement attention jusqu’à ce que j’entende des bruits particuliers et non inconnus à mes souvenirs…Apparemment un couple est en train de s’embrasser et se frotter dans le box a côté de moi, mais chose étonnante, il s’agit (selon les murmures que j’entends) de 2 hommes…D’abord amusée, puis gênée, j’écoute sans me faire remarquer… le bruit des succions, les baisers, les zips des pantalons et cliquetis des ceintures, j’assiste en secret à l’évolution de leur ébats jusqu’à ce que l’un invite l’autre à le prendre… Ne voyant que leurs pieds et leurs ombres sous la cloison qui nous sépare, j’écoute discrètement leurs grognements de plaisir a****l. Je m’imagine leurs 2 corps en action… L’un appuyé sur la cuvette ou sur la porte et l’autre derrière, bandant comme un ours, lui léchant l’anus, lui caressant la rondelle en lui astiquant la tige du bout des doigts avant de le sodomiser avec vigueur avec son pieu de chair…Etrangement, cela ne me choque pas, ouverte d’esprit et compréhensive sur la cause homosexuelle, et ayant moi-même gouter a ses plaisirs avec Sarah il n’y a pas si longtemps de cela, je reste discrète et attends qu’ils finissent leur affaire…, bien qu’amusée d’imaginer la scène qui se passe à côté de moi.Cela ne dura pas très longtemps d’ailleurs, après quelques coup de boutoir à faire trembler le mur… le premier homme joui bruyamment et semble se rependre dans le fondement de son partenaire qui gémi son plaisir dans un souffle. Apres un moment de silence, reprenant leurs souffles et échangeant quelques murmures… Je vois apparaitre sous la cloison une paire de fesses poilues qui me semble être celle du second acolyte. Sans doute pour remercier l’éjaculateur bruyant, celui-ci c’est placer à genou devant lui pour le sucer et lui nettoyer le sexe… (du moins c’est ce le bruit que j’entends qui me fait penser à cela).Terrible vision que j’aperçois à ce moment-là du suceur de bites d’a côté, son cul large et ouvert dégoulinant de sperme frais et épais, (dont quelques gouttes tombent sur le sol carrelé) mais surtout la sacoche des gros testicules bruns et velus qui pendent au-dessous… L’image de cette paire de couilles, suspendu comme des boules de noël a un sapin, me fait perdre mon sang froid, et je laisse échapper un petit pouffement de rire qui trahi ma présence et interromps leur ébats.Homme 1 : « (criant) Qui est là ?? Sortez !!! Homme 2 : Sortez ou on casse la porte….Moi (en panique timide) : Heu … attendez, non… je ne voulais pas vous… »Je n’ai pas le temps de finir que déjà la tête d’un homme apparait au-dessus de la cloison tandis que l’autre force et arrache la serrure de la porte edirne escort bayan de mon box…Assise sur ma cuvette, la jupe et la culotte aux mollets, je me retrouve face à eux… terriblement gênée et me pliant en d’eux pour cacher mon intimité et me faire toute petite.Homme 1 : « Alors ma petite dame, on fait un petit pipi ou on matte les mecs aux toilettes ? Ce n’est pas bien ça…Homme 2 : (riant) Pas bien du tout… madame…Moi : (timide) Non, mais attendez, laissez-moi… je ne voulais pas… j’étais déjà là avant que…Homme 2 : Et en plus elle a tout entendu et tout vu… elle en a bien profitez…Homme 1 : Je crois qu’on n’a pas le choix André, va falloir qu’elle paie pour le spectacle…André (homme 2) : Oui je crois aussi, je n’ai pas envie qu’elle raconte ca dehors.Moi : Non, mais je ne dirai rien, je ne vous connais même pas… »André, et son collègue, semblent être 2 travailleurs de chantier, assez sales sur eux, mal rasés, un peu bedonnant (sans doute à cause des bières englouties durant de nombreuses années) et vêtus de jeans et de t-shirt de chantier sales. Bref, 2 travailleurs bourrus et peu avenants, qu’on imagine mal être homosexuel si on les croise dans la rue.André : « Hey, Maurice, sort la mignonne de la… on va lui causer… »Maurice (homme 1) : « Ouais, allez debout madame… dehors… on va régler ca tout de suite…Moi : Non mais,… laissez-moi… attendez… »Je n’ai pas le temps de poursuivre ou me défendre, que déjà je suis tirée de mon box et envoyée contre les lavabos dans le fond des toilettes… les fesses nues, et la jupe me tombant sur les chevilles je trébuche et manque de m’étaler de tout mon long sur le carrelage…Les 2 hommes rigolent et me toisent un instant avant de reprendre leurs intimidations…Maurice : « Alors la petite dame… comme ça écoute aux portes dans les chiottes ?Moi : (en panique, essayant de remettre ma culotte et mes vêtements) mais non,… pas du tout.André : C’est ça, la bourgeoise… on va te croire… tu aimes ça jouer la voyeuse…Maurice : Regarde Dédé, elle est mignonne la petite… un joli petit cul … peut être qu’elle a envie aussi…André : Oui… c’est sur… et moi j’ai les couilles encore pleine… elle pourrait bien me les vider…Maurice : Oui bonne idée, ça lui fera passer l’envie de mater les mecs dans les chiottes.André :(sortant sa bite) Allez la petite bourge … Fous toi à genoux ! Tout de suite… !Moi : (suppliant et pleurant) Non … arrêter… je ne voulais pas… je n’ai rien fait… laissez-moi partir, je ne dirais rien… non…Maurice : Sois gentille salope… sinon on te dérouille…André : (s’approchant encore) J’ai dit à genoux et suce moi la bite… a moins que tu veuilles qu’on t’encule ?Moi : Non… pitié… arrêtez»Leurs regards mauvais me terrifient et je me recroqueville dans un coin pour m’en éloigner. Malgré leurs menaces, j’essaie de négocier, mais leurs bites à la main, ils avancent vers moi… bien décidés à me prendre de force…Coincée et en panique, je supplie et promets vainement mais les 2 lascars rigolent de plus belle en astiquant leurs gourdins devant mon visage.Barman : (entrant aux toilettes en criant) « Qu’est ce qui se passe ici ??? Dédé, Maurice… arrêtez vos conneries petits PD et laissez la dame tranquille !!! »Sauvez par son intervention, je saisi mon sac main et prend la fuite vers la salle du restaurant… s’en suit alors des injures et une engueulade entre les 3 hommes avant que les 2 ouvriers quittent à leur tour les lieux.En panique et choquée, je reste un moment dans ma voiture, cachée, essayant de me remettre de mes émotions.J’attends encore un quart d’heure ainsi, puis par égard pour le barman, retourne vers le restaurant afin de le remercier de son intervention…Moi : « Monsieur….Monsieur.. s’il vous plait..Barman : Ah la petite dame… vous allez bien ???Moi : heuu. Oui.. Je voulais… vous remercier pour votre intervention…Barman : Ho ce n’est rien…je n’aime pas les embrouilles.. et (gardez le pour vous) je n’aime pas les Pd non plus …Moi : Certes mais…Barman : Ce n’est rien… je suis venu car je vous voyais plus ressortir et comme c’est 2 idiots sont entrés après vous, je me suis douté d’un problème…Moi : Et bien merci…car j’ai eu très peur.Barman : Ce n’est rien, j’ai l’habitude, j’ai été gérant dans un restaurant d’autoroute dans le passé, j’ai déjà vu pire… et des types comme ça je les repères vite…Moi : Hé bien merci … sincèrement.Barman : Pas de quoi… ravi d’avoir pu vous aider… soyez prudente.. et j’espère à bientôt..Moi : Oui.. oui.. je reviendrais…merci encore.. »M’approchant de lui, je l’embrasse en guise de gratitude avant de reprendre mon chemin…Encore tremblante de cette expérience, je me rends à mon second rendez-vous de la journée… la musique dans la voiture à fond, j’essaie de ne pas trop penser et tente de me concentrer pour cette réunion où j’arrive en retard.Encore une fois, celle-ci se déroule rapidement et sans grandes surprises…de toute façon je n’écoute qu’à moitié les propos des autres interlocuteurs, mon esprit encore envahi par le pseudo-traumatisme et les scènes du midi.Il est 15h30, et la journée à bien avancée… j’ai envie de rentrer chez moi, mais je dois encore finir des rapports au bureau.Sur la route, j’espère et prie pour que Philippe ou Cédric (voir les 2) soient absents, afin de pouvoir travailler sereinement ce soir… mais la réalité est cruelle, et c’est l’inverse qui se passe…Il est 16h00 : Je pose mon sac sur mon bureau et salut Sarah, en face de moi, qui bosse sur ses dossiers… plus loin Cédric est sur son ordinateur et j’entends Philippe dans son bureau au téléphone…Il ne faut pas 5 minutes avant que Cédric remarque ma présence et me rejoigne…Cédric : « Alors Estelle… c’est maintenant qu’on arrive ??? Oula, ca n’a pas l’air d’aller ??Moi : Si …si ça va…Sarah : Tu es sure ?? Tu es très pale ?Moi : Oui, ça va… juste mal au ventre et un peu fatiguée…Cédric : (plaisantant) Ah tu as tes affaires de bonne femme, a moins que tu as encore fais des folies de ton corps… c’est pour ca…Moi : Oui c’est ça… ça te concerne pas.Sarah : (me regardant en coin) Tu es sure, ca va ???Moi : Oui… Tu sais bien… »Sarah devine que mon malaise n’est pas que physique et a force de discussion, je lui laisse sous-entendre que ma rupture avec Sam m’affecte beaucoup (ainsi je détourne mon trouble de la journée)…Compatissante, Sarah n’insiste pas mais semble touchée par ma détresse. Me laissant à mes affaires et mon rangement, Cédric et Sarah, discute un moment avant de revenir vers moi…Sarah : « Estelle, si tu veux, tout à l’heure, comme nous allons fêter la signature du contrat, on t’emmène avec nous… tu seras moins seule.Moi : Ah oui c’est vrai, il y a encore ça, ce soir… j’aurais préféré rentrer chez moi je t’avoue.Cédric : Soit pas idiote, c’est grâce à toi aussi que nous avons eu ce contrat, il est important que tu viennes. Bien que tu ne escort edirne sois pas en forme…Moi : Comment cela ??? Cédric : Oui, Sarah m’a dit pour toi et Sam… c’est triste…Moi : (à Sarah) tu m’avais promis de ne rien dire… pourquoi tu lui a raconté cela. ?Sarah : Je pensais bien faire… il me demande tout le temps comment tu vas depuis la semaine dernière… et comme il voit que tu n’es pas bien ou malade, je n’ai pas pu lui mentir plus.Moi : (fachée) Ok … ok je comprends… mais bon. Reste discrète je t’en prie.Philippe : Qu’entends-je ??? Qui ne vient pas ?Cédric : C’est Estelle, … elle, …elle ne se sent pas bien depuis que Sam l’a quitté.Philippe : Hors de question, elle vient ce soir avec nous… c’est elle qui a sauver la boite donc… elle vient. Et C’est quoi cette histoire de Sam ?Moi :(les larmes aux yeux, je raconte l’histoire « préparée ») : Par votre faute, à cause de la semaine dernière, à cause du séminaire, il a tout compris en voyant ma valise et les dégâts que vous avez faits sur mes affaires… je lui ai dit pour mes aventures…et… et…. il est parti…Philippe : Ah mince, j’en suis désolé Estelle, remettez-vous. Ecoutez, même si… Attendez, venez dans mon bureau, on sera plus tranquille, de plus j’ai des choses à vous dire depuis lundi et aussi un petit quelque chose pour vous. »Sans méfiance particulière, je suis Philippe à son bureau. Les rideaux sont tirés et nous sommes isolés de l’open space de travail où reste Cédric, Sarah et la secrétaire encore sous le choc de mon histoire de rupture.Philippe, ferme la porte derrière moi et j’entends le verrou se fermer.Prenant place à la petite table circulaire de réunion je fin de me calmer et de reprendre le contrôle de mes émotions…Par respect, Philippe reste très professionnel, gardant le silence le temps que je me calme. Puis, très poliment ouvre la discussion et me félicite pour la vente et le contrat du projet des « Oliviers » signé avec STEIN, tout en m’annonçant que pour finaliser le contrat il a aussi besoin de mes signatures et paraphes en qualité de responsables commerciale et technique. Une procédure règlementaire classique dans ce genre de contrat a plusieurs milliers d’euros. Assise à la table, il me tend le contrat et un stylo, pour que j’applique ma griffe sur les documents. Mais je reste inactive…Philippe : « Que se passe t-il ??? Pourquoi tu ne signes pas ?Moi : A ton avis ??? Tu m’as vendu avec ce contrat… tu m’as humilié et soumise à ton chantage pervers… et en plus mon mari me quitte. Je ne veux pas signer cela.Philippe : Calme-toi… je suis désolé pour Sam…sincèrement…Et lundi soir après ton départ, j’ai réfléchi et j’ai fait ce qu’il faut avec les avocats de STEIN et le contrat est propre, il n’y a aucune clause de pénalité a ton nom ou concernant ta personne… Ce contrat est tout a fait correct et respect notre charte immobilière standard… tu n’as rien à craindre… on a un accord.Moi : Je veux le relire alors… Philippe : Si tu veux, mais il fait 80 ou 100 pages… et je dois le faxer encore ce soir… je t’assure que le dérapage de lundi était juste pour les faire signer et pour un peu profiter de toi… j’admets que je suis allé trop loin et m’en excuse… mais le contrat lui est sûre, c’est une pièce juridique et je ne joue pas avec cela pour l’entreprise.Moi : Certes, mais je veux vérifier… »Philippe semble agacé, mais sûre de moi je commence la lecture des pièces écrites. Au bout de 25 minutes, Philippe assis à son bureau s’agace de plus en plus demandant si j’avance et quand il pourra enfin reprendre ces documents…De mon côté je ne réponds pas. Je n’ai pas encore lu la moitié et les articles de loi se succèdent devant mes yeux. Fatiguée je survole en diagonale certaine page, repérant juste des mots clefs. La partie des contraintes particulières et litiges me semble aussi correctement rédigée, bien qu’une phrase m’interpelle « le responsable technique sera en charge de la conformité des délais et des finances. Tout retard ou dépassement de budget constaté engendrera une pénalité et un litige assumé personnellement par le responsable technique ». Cette phrase ne voulant pas dire grand-chose, je la laisse en l’état et poursuit ma lecture… annexes et plans. Je signe et contre signe l’ensemble des documents ne voyant plus le piège sur moi. Apres 40 minutes… et une centaine de paraphes, je lui rends son document visé.Ravi, Philippe le survole aussi et appose son tampon et sa signature en dernière page avant de le donner à faxer à la secrétaire pour M.KLEIN.Philippe : (souriant) « Et voilà, c’est signé !!! C’est super…Moi : (triste) Oui, une belle affaire… mais à quel prix…Philippe : Oui, mais maintenant place à la fête, cela te changera aussi les idées…Moi : Attends, Tu crois que je veux m’amuser ??? Tu es fou?Philippe : Ne soit pas comme ça… viens t’amuser avec nous ce soir… on a réservé un coin sympa en ville pour ca…»Encore assise à la table, Philippe contourne son bureau pour se rapprocher et passe derrière moi en m’expliquant le programme de la soirée. Soudain, il se fait gentil et prévenant…presque tendre et pose ses mains sur mes épaules, et je sens son regard glisser dans l’ouverture de mon t-shirt…Moi : « Que fais-tu ?Philippe : Moi, rien… j’admire la vue…Moi : Lâche moi !»Ses mains quittent rapidement mes épaules et viennent sur mes seins à travers le t-shirt. Surprise je sursaute et tente de me lever, mais il me maintien dans ma chaise sans grand effort.Philippe : « shhhhh… laisse toi faire… c’est la dernière fois…Moi : Lâche moi…arrêtes.. je t’en prie..Philippe : allez…une dernière fois… et promis, je te laisserai tranquille et t’offrirai même une promotion pour l’affaire qu’on a signée… »(Tenir, je dois tenir…. Sam va venir me sauver…)Ces mots dans ma tête résonne encore et je m’interdis de m’enfuir de ses mains baladeuses… je dois jouer encore le jeu… encore un peu afin qu’on puisse le coincer…Philippe : C’est bien …tu es docile… Moi : … Arrêtes… Tu veux quoi ??Philippe : C’est pourtant simple… Moi : Une pipe ? C’est ca encore… ?Philippe : Mmm bonne idée… pourquoi pas… et puis comme ton mari n’est plus là… ca va te manquer les caresses sur ton joli corps… alors, pourquoi pas plus aussi…Moi : je…je …. Non… pas cela… pas comme cela… »Penché au-dessus de moi, Philippe me tiens avec douceur les seins, une main glisse dans mon col et ma peau nue frissonne sous le contact de ses doigts inquisiteurs…Sa respiration dans mon cou m’électrise et je n’ose pas bouger le laissant faire. Ces phalanges sont douces, contournant parfois la dentelle de mon soutien-gorge, et passant sous l’écrin interdit pour toucher mon téton dressé. Il tourne un instant dessus, glisse sur les galbes et dans le creux de mon décollette. Sa main est ferme et sa paume chaude, déjà l’un de mes seins est hors de son carcan, libre a sa vue et ses attouchement. edirne escort Mêlé d’angoisse, ma respiration accélère sous la tension de la pièce et la sensation de douceur ressentie.Je n’ose penser à ce que j’accepte de subir… je pense a Sam, a ses mains sur moi… j’essaie de me convaincre que cela n’est qu’un mauvais rêve… pourtant la sensibilité de mon corps est réelle, exacerbée par tous les rapports et les émotions subis chaque jour depuis maintenant 2 semaines… Mon ventre frémis sous ses caresses, et des ondes naissent dans mes reins comme une mécanique routinière.Philippe : « Tu aimes ca on dirai….Moi : Arrêtes …je t’en prie…Philippe : Et ta culotte… tu me la montre ta jolie culotte ???Moi : Philippe, arrêtes, c’est fini tout ça.. »Je lui réponds, à demi convaincu, jouant la comédie sur ma tristesse de rupture et l’envie de réconfort… Ses mains quittent mes épaules et mes seins, il descend maintenant sur mon ventre et mes cuisses… sous mon t-shirt, les pointes de mes seins sont dur, ma respiration plus forte encore.Sa main sûre, guidée par le désir et sans pudeur, caresse l’intérieure de ma cuisse et remonte ma jupe à son maximum. La sensation est douce et forte à la fois… et je ferme les yeux pour lutter encore mais déjà il est au contact de mon intimité.Philippe : « Tu es humide, tu aimes ça ?…Moi : (soupirant) Arrêtes… je t’en prie…. Sam va….Philippe : Sam ?? Il n’est plus là… et il ne le saura pas… »Les larmes me montent aux yeux, tremblant sur ma chaise, je le laisse investir mon entre jambes et glisser ses doigts sur mon clitoris ultrasensible… il me touche, caresse et explore mon intimité, sans que je ne le repousse. Délicatement, il ose, et glisse sous les élastiques de ma culotte, afin que ma toison lui soit accessible.Je frémis et me crispe sentant sa main rude aller au contact de ma peau, ouvrant les lèvres humides de mon sexe. La chaleur de mon ventre trahi mon excitation… et il le sens avec un plaisir non dissimuler.Philippe : « Viens… viens sur la table…Moi : (suppliante) Non… pas comme ça…. »Je ne réponds qu’à demi-mot, mais me laisse guider, partager entre la peur, l’obligation et le désir.Dans mon dos, Philippe, me pousse alors contre son bureau, et retrousse ma jupe sur mes reins… sans prévenir, il abaisse ma culotte et découvre mon fessier rond qu’il flatte un moment avant de coller son ventre contre…Le suppliant du regard, il ne me répond pas et me domine.Derrière moi, j’entends sa ceinture s’ouvrir et rapidement son sexe vient atterrir sur mes fesses… Ses jambes glissant entre le miennes tendues, il m’impose de me cambrer pour lui présenter ma croupe. Appuyer sur la table, il profite de la vue…Mes seins libres se balancent un peu, mes reins creusés et mes fesses tendus, cuisses ouvertes, ses mains prennent possession de mon corps, glissant dans ma nuque et dans mon dos. Il m’enivre de chaleur.Philippe : « Bouges pas… tu es a moi….Moi : Je… arrêtes… je t’en prie… »Son sexe large, guidé par sa main, cogne entre mes jambes, il glisse et coulisse un moment puis sentant l’ouverture chaude, plonge dans mon ventre.Les yeux pleins de larmes, je l’accueille et m’incline encore sur le bureau…Ses mains caressent mon dos puis tiennent mes hanches fermement. Son ventre rond pousse sur mes fesses et son chibre progresse à chaque mouvement dans mon intimité. Il me baise en profondeur…En équerre, le cul en l’air, je sens ces bourses venir butter contre ma fente… il va loin et me remplit… il grogne et me pistonne avec fougue. Parfois sa main glisse sous mon ventre pour me saisir un sein qui ballotte au rythme des coups de butoir, parfois je sens ses doigts qui jouent sur mon œillet rectal et qui cherche à l’ouvrir doucement.Philippe : « Hahh..mmm.. salope.. putain.. tu es chaude.. C’est bon…Moi :(me mordant les lèvres, l’encourage pour en finir plus vite)… mmmm vas-y … viens….Philippe : Oui…oui… je viens.. Je vais te baiser salope… tiens, prend. »Entre 2 coups de reins, il me tire les cheveux en arrière pour entendre les gémissements dans le fond de ma gorge, mimant une chevauchée fantastique…Au fond de moi, la brulure me réveille, Son sperme frappe mon utérus et tapisse mon vagin… je sens sur chacun de ses coups de queue, chaque saccade de sa jouissance et sa queue qui palpite en moi…Sans ménagement, il me fourre son pieux massif au fond du ventre et se vide…Epuisé, il se retire, me laissant un moment sans réaction coucher sur le bureau…Sans se regarder, nous nous rhabillons en silence…Philippe : « Haaa. Merci Estelle, je savais que tu en avais envie… Moi : (un peu perdue) Non, mais… enfin… Je sais plus où j’en suis…Philippe : Rassures toi, ça restera entre nous… Bon , maintenant ce n’est pas tout cela, mais il faut se préparer pour le restaurant de ce soir… Cédric passera te chercher chez toi ce soir…Fais toi belle… (rire)Moi : Heu.. Comment. ??? De quoi ?? »Perdue dans mes pensées, je ressors du bureau, Sarah et Cédric m’interpellent, et me demandent ce qu’on l’a fichu aussi longtemps ensemble…J’explique que la lecture du contrat a été fastidieuse et longue, et que l’on a aussi parlé de ma vie privée et Sam et du séminaire…Je détourne au mieux les sujets et leurs questions, mais leurs sourires (surtout celui de Cédric) me fait croire qu’ils savent clairement les vraies causes de notre réunion privée avec Philippe.Reprenant mes esprits et mes affaires, je salue mes collègues pour rentrer chez moi… Cédric, m’informe qu’il passera me cherche dans 1h30 et qu’ensemble nous irons tous au resto.Fatiguée, pensive… je prends la route… Qu’ais je fais ? Sam… il faut que je lui parle et lui dise.. Quand va-t-il me sauver de ce chantage ? Les questions dans ma tête se succèdent.Mon corps, endolori, réagi encore… mêlant la frustration physique, le dégout, les nausées et mes règles…Mes règles, assise au volant, je sens mon ventre se crisper et me faire mal au point d’en avoir des hauts le cœur… la chaleur sous moi, me fait réagir… elles arrivent (enfin)… je sens un liquide chaud couler de mon ventre et me dis qu’il faut que j’arrive vite pour ne pas salir mon siège…A la maison, courant à la salle de bain… je constate avec regret que ce ne sont pas mes règles mais le sperme de ce porc de Philippe qui s’écoule de moi en grande quantité…Depuis 2 semaines, mon corps empli de courbatures et d’une fatigue extrême n’est plus qu’un puit a sperme, mon esprit ressasse mes actions, mes rapports, et mes souvenirs avec ces hommes qui ont profités de moi et mes charmes…En seulement 2 semaines, j’ai eu plus de rapport qu’avec mon mari en l’espace de 6 mois, acceptant même des actes humiliant et dégradant que je refuse à Sam, bien que je l’aime. … Pauvre Sam, lui que je n’ai que croisé durant ces 2 derniers mois, toujours en déplacement et qui attend son tour pour pouvoir m’enlacer, m’aimer et avoir un moment tendre avec moi…Mon dieu, Sam pardonne moi… pardonne moi…je ne suis plus l’épouse que tu as tant aimé et la femme réservée et gentille… je ne suis plus qu’une putain.En larmes, je vomi… j’ai honte.(Tenir, je dois tenir)A suivre…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *